-->
195/384 195/384
J’opte pour une crème solaire écologique
En quelques mots !

Il est important de réduire l’impact écologique de la crème solaire

Les marques ont un message encore assez flou concernant l’impact de leur produit

Il existe des crèmes plus vertueuses que d’autres

La crème solaire, un fléau pour les océans

Comment se protéger du soleil sans bousiller sa santé et la planète en même temps ? Voilà une question qui mérite d’être posée à l’approche des vacances. Car oui, les crèmes solaires classiques que nous pouvons acheter dans le commerce sont loin d’être exemptes de tout reproche. Et oui, encore un produit de la grande distribution qui est dangereux à la fois pour l’être humain et pour l’environnement. Ça commence à bien faire ces histoires d’industriels qui jouent à Frankenstein dans leurs labos en inventant des produits qui doivent à tout prix se vendre le plus possible sans vraiment tester les effets à long terme sur les personnes qui vont les utiliser.

Des études scientifiques montre que les filtres chimiques, utilisés dans les crèmes solaires pour contrer les rayons UV, favorisent le blanchissement des coraux. D’après les chercheurs, 25 % de la quantité de crème étalée sur le corps se dilue dans la mer au bout de 20 minutes de baignade. Avec 16.000 à 25.000 tonnes de crème utilisées chaque année dans les régions tropicales, les récifs coralliens absorbent donc entre 4.000 et 6.000 tonnes de crème par an.

La meilleure crème, c’est celle qu’on ne met pas ?

La crème solaire rejoint donc la longue liste des produits dont il faut se méfier. Au niveau de la santé, ce n’est pas non plus la panacée. En effet, de plus en plus d’études montrent qu’elles peuvent provoquer des allergies, qu’elles sont remplies de perturbateurs endocriniens et même de nano-particules. En gros, pour vous en rendre compte, il y a un test simple à faire : si l’indice est élevé, moins la crème laisse des traces blanches et plus elle est composée de nano-particules.

Qu’est-ce qu’on fait ? Il existe aujourd’hui de plus en plus de versions « bio » qui seraient moins dangereuses pour notre écosystème grâce à des filtres minéraux. Elles doivent contenir au minimum 10% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique et utiliser un minimum de 95 % d’ingrédients naturels mais le résultat est loin d’être parfait.

En réalité, la meilleure solution serait sans doute de ne plus utiliser de crème solaire du tout et de changer ses habitudes : moins s’exposer quand le soleil est trop fort, se couvrir avec un t-shirt et un couvre-chef pour limiter l’exposition de la peau… Il y a même certaines réserves maritimes interdisent purement et simplement l’usage de la crème solaire en délimitant des zones “sun cream free”.

Julien Vidal
L'auteur :  Julien Vidal

Julien est le fondateur du mouvement Ça commence par moi. Aujourd'hui, il continue à accélérer la prise de conscience écocitoyenne partout en France.

Julien est le fondateur du mouvement Ça commence par moi. Aujourd'hui, il continue à accélérer la prise de conscience écocitoyenne partout en France.

J’agis aujourd’hui

› Je me rends compte de l’impact de la crème solaire sur la biodiversité

› Je diminue ma consommation de crème solaire et je choisis une marque plus respectueuse


Créez votre compte pour suivre vos progrés !

CREER UN COMPTE

Pour aller plus loin !

Pour aller plus loin


Jouer avec les cartes quiz

Un jeu quiz pour affiner sa compréhension des sujets écologiques en s’amusant.



Jouer avec les cartes quiz

Un jeu quiz pour affiner sa compréhension des sujets écologiques en s’amusant.