-->
177/384 177/384
Je bois du café d’orge
En quelques mots !

Le café  a un impact écologique loin d’être négligeable

Le café d’orge breton est en plein boom

Il existe des solutions plus écologiques et économiques pour remplacer le café

Un coût écologique très élevé

Un bon café le matin pour se réveiller ? Ce rituel doit être celui de centaines de millions ( peut-être même de milliards) de personnes aujourd’hui. En tout cas, de mon côté, ça fait plus de dix ans que ça dure. Et puis, après être sorti de chez moi, il n’est pas rare que j’en boive à nouveau un ou deux en rendez-vous, puis un autre après le déjeuner. Et voilà commet je termine la journée avec un bon demi-litre de café dans le gosier. Le hic, c’est que tout ça a un prix, autant pour la planète que pour les autres êtres humains car le café est récolté et transformé à des milliers de kilomètres de chez nous dans des conditions trop souvent déplorables. Alors bien sûr, cela fait longtemps que j’opte pour des options équitables et bio, mais je voulais savoir s’il existait des alternatives plus locales.

De rapides recherches sur Internet m’orientent vers une solution bien de chez nous : la chicorée. Une boisson emblématique du Nord de la France qui est reconnue pour ses nombreuses vertus nutritionnelles. Le hic, c’est que ce substitut au café a un goût très particulier auquel je n’arrive pas à m’habituer. Et vu que je ne veux pas ma quête écocitoyenne soit synonyme de frustration, je préfère continuer à chercher d’autres alternatives.

Des solutions locales existent

Quelques semaines plus tard, une autre piste s’offre à moi : le café d’orge. Fabriquée en Bretagne, cette boisson est très proche du café au niveau visuel. En torréfiant le malt d’orge, les producteurs de ce « café » français réussissent à proposer une alternative séduisante. L’odeur est très agréables et le goût m’a tout de suite plu. Pour les amateurs de thé, je dirais que c’est une combinaison entre du café et du thé genmaïcha (un thé japonais qui contient des grains de riz soufflés).

Et puis en plus, le café d’orge ne contient pas de caféine. Ce qui donne la possibilité de voir sa journée se dérouler sans les pics d’excitation propres au café. Bref, je suis convaincu et même si ce breuvage ne remplace pas mon café du matin dans la semaine, j’aime m’en préparer le weekend quand j’ai plus de temps et que je n’ai pas besoin d’être efficace immédiatement. Une belle découverte made in France qui donne au consommateur l’occasion de valoriser un artisanat local, respectueux des sols (puisque le café d’orge est certifié bio) et plus durable au niveau écologique en évitant des transports de marchandises entre continents. Le tout pour un prix à peine plus cher que du bon café équitable et bio. Donc rien à dire.

Julien Vidal
L'auteur :  Julien Vidal

Julien est le fondateur du mouvement Ça commence par moi. Aujourd'hui, il continue à accélérer la prise de conscience écocitoyenne partout en France.

Julien est le fondateur du mouvement Ça commence par moi. Aujourd'hui, il continue à accélérer la prise de conscience écocitoyenne partout en France.

J’agis aujourd’hui

› Je limite ma consommation de café

› Je découvre le café d’orge


Créez votre compte pour suivre vos progrés !

CREER UN COMPTE

Pour aller plus loin !

Pour aller plus loin


Créer un nichoir à abeilles

Un mode d’emploi pour fabriquer un nichoir à abeilles et préserver la biodiversité



Créer un nichoir à abeilles

Un mode d’emploi pour fabriquer un nichoir à abeilles et préserver la biodiversité