-->
267/381 267/381
Je remplis mes bouteilles directement au magasin
En quelques mots !

Le client peut être remis au coeur du circuit de l’alimentation zéro déchet

Acheter sans emballage permet de lutter contre le gaspillage en achetant des quantités justes 

Les boutiques en vrac permettent de se fournir aussi en produits liquides

Du vrac liquide

Je vous avais parlé du vrac il y a quelques mois (dans cet article sur comment faire ses courses sans emballage) et à l’époque, je vous disais que si j’achetais déjà pas mal de produits sans emballages, je n’avais pas encore franchi le pas pour les liquides ! C’est chose faite désormais puisque je suis allé au magasin la semaine dernière pour remplir ma bouteille de vinaigre balsamique, directement au bidon.

Il faut dire que si le vrac est de plus en plus répandu dans les magasins (c’est par exemple le cas dans le supermarché coopératif de La Louve où nous faisons nos emplettes mais aussi dans la majorité des magasins bio), cela concerne surtout les céréales, les fruits secs, le riz ou encore les pâtes ! Mais pour les liquides, c’est encore un peu compliqué au niveau logistique mais aussi parce que ça demande aux clients d’être assez organisés.

Il faut dire que si on peut se contenter d’avoir quelques sacs en tissu pour le vrac des produits “secs”, c’est une autre paire de manches quand on parle de faire le plein d’huile, de vinaigre ou encore de liquide vaisselle. Il faut autant de contenants que de produits et forcément des pots hermétiques, ce qui fait que la plupart du temps ce sont des bouteilles en verre lourdes et volumineuses.

Changer ses habitudes une bonne fois pour toute

Heureusement, la solution technique développée par des Lillois est en train de se propager dans de nombreux magasins sur tout le territoire. Grâce à Jean Bouteille, de plus en plus de boutiques proposent du vrac liquide. Du côté du consommateur, une fois qu’on a trouvé le coup, le tour est joué et ça vaut vraiment la peine de se donner un peu de mal. Déjà parce que ça permet d’acheter que ce dont on se sert et du coup, ça coûte moins cher. Mais aussi parce que quand on voit les dégâts environnementaux catastrophiques des bouteilles en plastique (500 milliards, c’est le nombre impressionnant qui pourraient être vendues chaque année dans le monde, dès 2021, si rien ne change), on se dit qu’il y a quelque chose à faire pour contribuer à résoudre ce problème.

Bref, une excellente raison de se mettre un coup de pied aux fesses et de changer nos habitudes car réduire la taille de nos poubelles devient une urgence qui nous concerne tous. Moi en tout cas, c’est décidé, je me mets définitivement au vrac même pour les produits liquides !

Julien Vidal
L'auteur :  Julien Vidal

Julien est le fondateur du mouvement Ça commence par moi. Aujourd'hui, il continue à accélérer la prise de conscience écocitoyenne partout en France.

Julien est le fondateur du mouvement Ça commence par moi. Aujourd'hui, il continue à accélérer la prise de conscience écocitoyenne partout en France.

J’agis aujourd’hui

› Je découvre le principe des courses en vrac

› Je vais dans des boutiques en vrac pour remplir mes bouteilles


Créez votre compte pour suivre vos progrés !

CREER UN COMPTE

Pour aller plus loin !

Pour aller plus loin


Organiser une Plastic Attack

Une lettre à envoyer au directeur du supermarché dans lequel vous allez organiser une plastic attack



Organiser une Plastic Attack

Une lettre à envoyer au directeur du supermarché dans lequel vous allez organiser une plastic attack