-->
10/136 10/136
J’achète des objets d’occasion
En quelques mots !

Je revalorise les objets en les donnant au lieu de les jeter

Je favorise le travail des personnes éloignées de l’emploi

Je réduis mon empreinte écologique en achetant des objets d’occasion

Nouvel appart, nouveaux objets

Quand on s’installe, et c’est mon cas en ce moment, on tombe rapidement dans la spirale infernale de la consommation en série. En même temps, rien de plus normal, il faut se sentir bien chez soi et donc acheter les choses qui nous permettront de cuisiner, nous laver, nous divertir, nettoyer l’appartement, ranger son linge et j’en passe ! Se pose dès lors la question : “qu’est-ce qu’on fait ?”

Pour être honnête avec vous, j’ai de la chance car je n’ai pas de voiture et les grandes surfaces les plus proches sont assez éloignées donc il m’a fallu trouver une parade pour réussir à m’installer confortablement, sans devoir prendre les transports en commun pendant des heures. J’ai d’autant plus de chance qu’à quelques centaines de mètres de mon boulot, il y a un lieu extraordinaire qui a exactement la solution à tous mes besoins: UNE RESSOURCERIE.

2,5 tonnes d’objets par foyer : le poids d’un gros hippopotame

Qu’est-ce-que c’est une ressourcerie? C’est un endroit qui récupère, grâce aux dons ou à des liens privilégiés avec les décharges, des objets anciens, abimés ou défectueux. La plupart du temps, ce sont des personnes éloignées de l’emploi qui y travaillent. Et on y trouve, à très bas prix, les objets auxquels on a redonné une seconde vie grâce à un bon coup de chiffon, de lavage ou même de tournevis.

Et c’est une véritable aubaine pour mon empreinte environnementale qui s’apprêtait à gonfler allègrement une fois mon appartement rempli d’objets neufs. Pourquoi ? Parce que notre société est trop gourmande en ressources. Nous puisons toujours plus dans les réserves de la planète pour entasser toujours plus d’objets chez nous. À tel point que les Français pensent posséder environ 34 équipements électriques et électroniques par foyer, ils en possèdent en réalité 99 ! Et 6 d’entre eux ne sont JAMAIS utilisés.

L’occasion fait le larron

Heureusement, grâce aux ressourceries, une petite adaptation de mes réflexes de consommation me permet d’acheter des produits en super état sans impacter la planète (avec les déchets et la production de nouveaux biens) mais également de redynamiser une vie de quartier en créant des emplois particulièrement nécessaires.

En plus, c’est bon pour mon porte-monnaie et ça me permet surtout de m’adonner à un petit plaisir (presque pas coupable) : celui de chiner, de fouiner, de fouiller les armoires, les penderies et les boites à la recherche d’un objet qui n’attend que nous pour commencer une seconde vie et qui a souvent bien plus de cachet qu’un même produit qu’on aurait acheté neuf ! À vous de jouer et ça tombe bien car il y a des boutiques Emmaüs et des ressourceries partout en France.

Julien Vidal
L'auteur :  Julien Vidal

Julien est le fondateur du mouvement Ça commence par moi. Aujourd'hui, il continue à accélérer la prise de conscience écocitoyenne partout en France.

Julien est le fondateur du mouvement Ça commence par moi. Aujourd'hui, il continue à accélérer la prise de conscience écocitoyenne partout en France.

J’agis aujourd’hui

› Je n’achète plus d’objets que je possède déjà

› Je fais mes achats dans des boutiques de 2nde main

› Je redonne une nouvelle vie aux objets que n’utilise plus


Créez votre compte pour suivre vos progrés !

CREER UN COMPTE

Pour aller plus loin !

Pour aller plus loin


Se prêter des objets

Un kit d’autocollants pour se prêter des objets entre voisins.



Se prêter des objets

Un kit d’autocollants pour se prêter des objets entre voisins.