-->
244/381 244/381
Je passe au gaz vert
En quelques mots !

Je décrypte les offres mensongères des grands fournisseurs

Je soutiens la production de gaz renouvelable en France

Je mets en place des actions pour réduire ma consommation d’énergie au quotidien

Ne jamais rien prendre pour acquis

Pas facile d’avancer sans faire de faux-pas sur la route de changement ! Je vous dis ça parce que je m’en rends compte tous les jours, même après 300 actions concrètes qui font bouger les choses que j’ai déjà adoptées dans mon quotidien. Et oui, agir à son échelle, c’est une remise en question constante et c’est peut-être ça le plus intéressant en fait : de ne jamais rien prendre pour acquis.

Pour illustrer mes propos je voulais vous parler de mon fournisseur de gaz! En novembre, je vous racontais pourquoi j’avais choisis Enercoop pour me fournir en électricité verte et à l’époque j’avais hésité à vous parler de mon choix en matière de fournisseur de gaz.

50 nuances de vert

Pour vous montrer à quel point le chemin du changement peut être semé d’embuches, je voulais vous partager tout mon parcours de progression sur le sujet du gaz vert. Parce que le moins qu’on puisse dire, c’est que la route est parfois longue pour arriver à une solution optimale. Pour revenir en arrière, en août 2016, la seule offre de biogaz que j’avais trouvée était proposée par Engie et je vous avoue que je n’étais pas complètement convaincu au moment d’avoir signé le contrat. Quelques mois plus tard, je me dis que j’aurais dû faire plus confiance à mon intuition… Déjà, au niveau des valeurs de l’entreprise, le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est du grand n’importe quoi ! Pour une entreprise détenue au 1/3 par l’État, je trouve quand même assez bizarre de transférer plus de la moitié de ses capitaux au Luxembourg alors que ses activités y sont minimes. Vous avez dit évasion fiscale ?

Et puis, en regardant à nouveau mon contrat “vert”, je me suis rendu compte, qu’en fait le gaz n’avait rien d’écolo. En fait, c’est juste qu’Engie s’engageait à financer une compensation carbone pour réduire l’empreinte environnementale de la production de gaz, c’est tout ! Autant dire, pas grand chose. D’autant plus qu’après avoir creusé le sujet de la compensation carbone, je n’ai pas l’impression que ça soit très efficace.​

Notre imperfection ne peut plus légitimer notre inaction

Bref, deux excellentes raisons de changer de fournisseur. Du coup, j’ai du y aller pas à pas pour enfin continuer à me rapprocher de l’offre qui répondait à mes exigences. Après Engie, je suis passé chez Direct Énergie qui était il y a un an (en 2017) encore l’un des seuls à fournir du biogaz, même si ça ne représentait que 10% de ma consommation totale. À l’époque, c’était mieux que rien car l’important, c’est d’apprendre de ses erreurs et d’avancer. Et puis, en 2018, j’ai appris que Direct Énergie se faisait racheter par Total, aïe ! La nouvelle qui fait grincer des dents… heureusement, dans la même semaine un ami me parlait d’ekWateur et de l’offre 100% biogaz.

L’impact sur la planète est énorme. Selon le fournisseur, “en consommant du biométhane à la place du gaz naturel, un foyer ayant souscrit chez ekWateur économise environ 1,2 tonne de CO2 par an, soit 16% des émissions annuelles moyennes de CO2 d’un foyer français”.

Cette fois c’est la bonne

Et puis récemment, j’ai changé d’appartement et qui dit déménagement dit nouveaux contrats d’énergie. J’en ai profité pour refaire un état des lieux des fournisseurs et si Enercoop continue à avoir ma préférence pour l’électricité, j’ai découvert Ilek qui propose un biogaz encore plus exigeant qu’Ekwateur, car ici, le gaz vient de France. Ni une ni deux, j’ai changé une nouvelle fois de fournisseur pour enfin souscrire à une offre qui correspond totalement à mes attentes. Ça aura pris du temps mais ce n’est pas grave. Et surtout, cet épisode montre à quel point rien n’est jamais acquis. Il faut absolument garder son esprit critique en alerte permanente et être prêt à sortir de sa zone de confort de temps en temps pour avoir un quotidien tous les jours un peu plus vertueux !

Julien Vidal
L'auteur :  Julien Vidal

Julien est le fondateur du mouvement Ça commence par moi. Aujourd'hui, il continue à accélérer la prise de conscience écocitoyenne partout en France.

Julien est le fondateur du mouvement Ça commence par moi. Aujourd'hui, il continue à accélérer la prise de conscience écocitoyenne partout en France.

J’agis aujourd’hui

› Je soutiens le déploiement des énergies renouvelables en France

› Je change de fournisseur de gaz pour une offre vraiment engagée


Créez votre compte pour suivre vos progrés !

CREER UN COMPTE

Pour aller plus loin !

Pour aller plus loin


Diffuser le changement

Une affiche pour faire connaitre le mouvement Ça commence par moi dans son entreprise.



Diffuser le changement

Une affiche pour faire connaitre le mouvement Ça commence par moi dans son entreprise.